JE GAGNE MA VIE AVEC LE BEATMAKING
juin 25, 2020

BEATMAKING JE GAGNE MA VIE

By admin

BEATMAKING JE GAGNE MA VIE
BEATMAKING  JE GAGNE MA VIE
BEATMAKING


Bonjour à Musicos, j’espère que vous allez bien. Ça y est, on y est 10.000 abonnés, on a dépassé les 10.000 abonnés, on a dépassé le jour de Noël. J’ai pas trop eu le temps de faire des vidéos. J’ai beaucoup de projets. Si vous me suivez sur les réseaux, vous pouvez savoir de quoi je parle plus ou moins, mais je n’ai pas eu beaucoup le temps de faire des vidéos et je voulais faire une petite vidéo pour vous remercier. Et quoi de plus original que de faire une effectues mdr? Je me dois de faire une Haifa Cube pour essayer de répondre à un maximum de questions. Parce que je reçois beaucoup de questions sur Facebook, Twitter, Instagram par mail. Énormément. Et des fois, c’est vraiment pas facile de répondre de façon individuelle à tout le monde. Du coup, le fait de faire un infarctus, ça va permettre de faire, de ratisser un peu plein de domaines, de parler du bookmarking, de plein de choses en général. Et j’espère que vous aurez votre réponse dans cette vidéo. Comme d’habitude, la famille, je vais vous demander de mettre un petit pouce bleu pour encourager la chaîne. Vous m’avez posé des questions sur Instagram, tweeter et dans l’espace commentaires de ma dernière vidéo qui était une vidéo éphémère. Et je vais répondre Blocher un petit peu par ci, par là, et je vais essayer d’être le plus précis possible. J’ai rien préparé, le but étant d’être le plus spontané possible et de vous répondre au maximum.

L’écolabel avec des abonnés en vue Force à toi! Merci beaucoup pour la force. Merci pour les messages d’encouragement que je reçois tout le temps. Ça, ça fait vraiment plaisir. Parenthèse fermée des clubs avec les abonnés? Oui, c’est prévu cette année. J’ai l’intention de faire beaucoup de projets et de faire beaucoup de clubs avec mes abonnés, avec les membres actifs de la communauté surtout. Et les meilleurs, évidemment. Donc oui, c’est prévu. Pas pour tout de suite. Peut être plus vert printemps.

Mais vous inquiétez pas, des clubs sont prévus quand et comment tu t’es mis au beat making. Alors je me suis mis au beat making. Un petit peu par la force des choses. Je fais de la musique depuis très longtemps. Je fais de la musique, j’ai fait du piano depuis que j’ai 5 ans et demi 6 ans, quelque chose comme ça, et je me suis mis à la guitare au collège, collège et lycée. Et il faut savoir que quand j’avais 16 ans, j’avais un groupe de musique qui s’appelait Hippone Voice. Y a plus de traces d’hommes, malheureusement, sur les tubes. À l’époque, je ne pensais pas que je ne savais pas qu’on pouvait mettre les vidéos en privé. J’avais tout supprimé et je le regrette fortement. J’aurais bien aimé vous montrer des choses comme ça, mon pote. Habitant en Bretagne, on ne voyait pas tout le temps, etc. Moi, j’ai continué à faire de la musique comme je commençais à m’intéresser de plus en plus à tout ce qui était instrumental, etc. Et après? Juste après le lycée, j’ai fait une fac, j’ai fait une fac d’éco gestion, j’ai fait un an, je me suis même pas allé jusqu’à la fin. Ça m’a soulé parce que je voulais me reconvertir dans la musique. Et après, j’ai fait une formation d’ingénieur du son pendant un an et j’ai fait la formation urbano et producer. Entre guillemets. C’est une formation qui peut devenir beatmakers, nous apprend toutes les bases de la MAO.

Et c’est vraiment là que j’ai reçu mon Mac et que j’ai commencé à avoir mon premier logiciel qui était machine à machine de d’assiégés instruments et que j’ai commencé vraiment à l’épreuve du fait des études. Non, je ne fais pas d’études. J’ai arrêté après le bac, j’ai fait. Voilà, j’ai fait ma formation d’ingénieur. Comme je vous l’ai dit et après, j’ai arrêté parce que je suis pas fait pour les études. J’aime beaucoup apprendre. J’aime énormément apprendre, mais j’ai vraiment du mal avec le système scolaire et est resté concentré dans une classe, etc. C’est vraiment parfait pour moi. Non, je ne fais pas d’études, je travaille quand une ce que tu as réalisé, que tu voulais faire de la musique à fond et essayer de vouloir finir par en vivre assez récemment. C’est toujours une passion, mais pendant longtemps, ça restait vraiment qu’une passion. Mais c’est assez récemment en vrai, plus en grandissant, en prenant de la maturité, en ayant son indépendance financière, etc. Que moi, je me suis dit OK, je fais ça dans ma vie pour l’instant, mais vraiment, ce que je vise, c’est le top. C’est être artiste complet, accompli, bosser avec d’autres artistes, faire produire des albums, être directeur artistique sur des projets, etc. C’est vraiment un artiste dans sa globalité qui m’intéresse. C’est vraiment assez. Récemment, en tout cas, cette envie de passionné de musique va vers l’artiste complet qui veut vivre dans l’industrie musicale, etc. Salut Bruce!

Alors là, je fais un petit aparté, je déteste, mais vraiment, je déteste déteste qu’on m’appelle Bruce.

Donc, s’il vous plaît. La dernière fois qu’on m’appelle Bruce, je m’appelle Brice Brice. C’est pas compliqué. Je m’appelle Brice. Je voulais savoir ce que tu arrives à vivre avec le son.

Ou est ce que tu vas un à côté? Un taf, je pense à côté.

Alors pour l’instant, je ne vis pas. Tu commences à me dégager un petit quelque chose avec YouTube, avec Amazon, etc. Avec les petits partenariats comme ça, ça commence à faire des fins de mois qui sont appréciables, en tout cas. Mais je ne vis pas encore de Monson. C’est pour ça. En ce moment, je fais énormément de stock de prod parce que je compte les vendre, me mettre le maximum en vente et après placé. Je compte en tout cas vraiment vivre du son. En tout cas, que ça soit une partie de mes revenus. Moi, je ne compte pas faire que ça. Ça ne m’intéresse pas de faire une seule chose dans ma vie. Bien sûr, c’est un de mes objectifs. C’est même un de mes objectifs. Vraiment de Stanstead cette année 2019. Et pour l’instant, j’ai un travail à côté. Je suis surveillante dans un collège. D’ailleurs, je passe un petit coucou à tous, à tous les ados qui me regardent, à tous les enfants du collège et à côté, j’ai de suite du coup auto entrepreneur en tant que Bruce, tout puissant avec la chaîne YouTube et tout ce qui va avec. A Côté, j’ai monté une boîte d’audiovisuel avec un ami à moi et on a d’autres projets pour 2019. Je suis en train de mettre tout ça en place. Le but étant bien sûr que j’arrête mon taf.

Dès que j’ai des revenus conséquents et que dès que tout ça monte un peu et que je puisse vraiment vivre en totale indépendance de mes passions, de mes plusieurs passions la vidéo, la musique, la création dans sa globalité, ça t’arrive de faire du son instrumentale, c’est à dire pas fait pour Kickers. Alors oui, j’ai commencé par ça. J’ai commencé par faire énormément de instrumentales très orchestrales. En ce moment, j’en fais beaucoup moins. Maintenant, j’essaye de faire des de potentiellement cliquables ou pour chanter dessus pour ceux qui savent pas. J’ai un groupe de musique, d’ailleurs, je vous mets un description Instagram, etc. Vous pouvez nous donner de la force. Il y a plein de choses qui arrivent en 2019. Je compte sortir cette année des opé instrumentaux BTP sur le cloud, sur Spotify, Bandcamp, des trucs comme ça. Un petit peu à la manière de tendresse pour montrer de quoi je suis capable. C’est vrai que je n’ai jamais sorti grand chose. Il y a juste les trucs que vous entendez en fond. En intro, etc. C’est mes instrus. Maintenant, je que mes propres instruments pour des raisons de droits, pour en faciliter la vie, etc. Mais ça me manque et j’ai envie d’en faire faire des morceaux très complets. Comment on peut entendre sur les live Brice tout puissant.

Question intéressante que trouve t on? Le plus difficile dans le beat making, c’est pas vraiment de beat making de façon globale, de se faire des contacts et de trouver des gens pour placer, etc. Parce que je pense que tout le reste n’est pas difficile. Je pense que un logiciel, acquérir du matos, etc. Maintenant, c’est accès très abordable, en tout cas si on veut du matos top qualité, etc. Oui, c’est cher et c’est très onéreux. Pour s’y mettre vraiment, il n’y a pas besoin de grand chose. C’est beaucoup plus abordable qu’il y a des dizaines d’années où il fallait aller forcément en studio, avoir beaucoup d’instruments, etc. C’est devenu plus facile. C’est devenu un peu normalisé. Tout le monde, entre guillemets, peut se mettre à la prod. Le plus difficile, c’est de se détacher, de se démarquer du lot et de placer, de passer une échelle, de passer de petit beatmaker dans sa chambre qui pour quelques artistes dans ses alentours. À beatmaker à l’échelle régionale, nationale, voire mondiale, c’est de se faire des contacts et de trouver les bonnes personnes pour rentrer dans le circuit de l’industrie de la musique. C’est quelque chose qui est beaucoup plus dur, qui est accessible. Mais je pense que la chose la plus dure, en tout cas dans le but Making and Brys. Bonne année, bonne année. Merci et bonne année. Tu commence le beat making the people, mais savoir si tu pouvais donner quelques conseils, surtout par rapport aux VST, sur un email ou autre, tu pourrais poser quelques questions vitales. Alors déjà, je vais rebondir là dessus.

Si vous avez des questions. Si vous avez des comptes, vous voulez des conseils, etc. J’essaie de répondre au maximum. Je ne réponds pas. Je ne réponds pas forcément la journée ou dans la semaine, mais je prends toujours un temps dans la semaine, généralement le dimanche, pour répondre à tous mes mails. C’est Briche tout puissant, la base Arobase GML, je comme ça, c’est mon mail vraiment dédié à YouTube. Après, si vous êtes des professionnels, des professionnels de la musique, des marques, etc. Je vous mets mon mail pro. Ou alors, si vous voulez collaborer, ma attention collaborer de façon monétisée et pas forcément décolla toute simple. Si vous êtes YouTubeur, vous voulez faire des colombes? Mon e-mail pro. Brice Fall prend arobase jemeppois. Comme vraiment, pouvez me contacter? Cesa des projets pros ou des questions sur le mic making? Vous choisissez telle ou telle adresse, mais ça tout de suite. Et des petits conseils pour débuter pour les VST comme premier Vester. Je pense que c’est vraiment mieux d’investir dans des Vester banques de sons telle Massive Nexus Omnès, faire des choses comme ça, contactes, etc. Pour avoir vraiment un panel de sons le plus complet possible et pouvoir se faire plaisir. Vraiment dans le vide making dans la création de vos proches, je pense vraiment commencer par des petits plugins comme ça, c’est vraiment mieux. Plutôt que d’aller chercher plein de plugins différents, de techniques de mixage, etc. Le mixage, ça viendra. Dans une deuxième partie, d’abord, quand vous êtes débutant, essayez de faire les meilleures mélodies possibles, les meilleurs billets, etc.

Le mixage, ça deviendra secondaire, même si c’est très important. Fais tu ton centre design ou bien tu utilises des précedent, des plugins? Alors évidemment, j’utilise beaucoup de précedent de plugin, mais que je vais très souvent modifier. Va avoir un précedent qui me convient. Dans le plugin massive de Chine Native Instruments, mais il y a quelque chose qui me dérange. Il y a beaucoup de paramètres à changer, mais je vais changer plein de paramètres pour que ça me convenait au maximum. Donc oui, j’utilise des préceptes, mais je fais peut être un petit peu de son design parce que je les modifie. Mais par contre, je ne fais pas de design à proprement dit. C’est à dire? Je crée pas mes sons de A à Z, c’est à dire d’une forme sinusoïdale ou d’un bruit à 8 bits qui fait bip comme ça et je vais le trafiquer pour en faire un son très complexe. Ça, je pleure pas. En fait, je ne perd pas de temps à faire ça, donc je pense dans un souci de productivité. Pour aller le plus vite possible et avoir des sons qui sont déjà très bons, de très bonne qualité, je pense que c’est mieux d’utiliser des préceptes. Je pense que vraiment, le design, ça, c’est vraiment plus pour des styles un peu plus spécifiques. Comment tu fais pour être motivé? Pour finir tes prod au début? Peut être. Oui, c’est une question de motivation, mais je pense pas que tu prennent l’habitude tous les jours de mettre un petit peu à faire des prod, à apprendre le mixage, à apprendre de nouvelles techniques, etc. Je pense, c’est comme tout. Faut que ça soit ancré dans des études et qu’après, ça devienne totalement naturel. Maintenant, ça devient naturel. Presque tous les soirs, en tout cas, plusieurs fois par semaine, je me mets sur le ciel, je me creuse la tête, je fais des prod, je reviens sur des projets, je n’ai triturent, je fait la structure, etc. À un moment qu’on aime ça, je pense que s’il y a même plus besoin de se motiver, c’est comme dans n’importe quel domaine.

Quand on aime à fond ça, on a plus de motivation. On y va à fond, on adore ce qu’on fait et en plus, on est performant. Tu préfères chez des BRICS ou vomir des morceaux de verre?

Je pense que je préfère vomir des morceaux de verre, ce que je pense que si c’est des petits morceaux de verre, ça fait pas mal, alors que si tu chient des briques, ça te défonce, ça te défonce totalement. Donc je pense que je préfère vomir des morceaux de verre. J’ai vraiment répondu à cette question d’où vient cette passion pour le beat making? Et bien justement, ça revient un petit peu, ce que j’ai dit avant. J’ai toujours fait énormément de musique. J’ai toujours écouté beaucoup de musique chanter, fait de la musique, faire des instruments.

Je me souviens au lycée, je me d’Auzay, aux sessions studio de docteur British Balende kainoise. Des trucs comme ça, vraiment des vieux reportage où j’étais passionné par ça et je me suis mis petit à petit. Ça m’intéresse vraiment. J’avais envie vraiment de devenir un artiste. Et le fait de faire ces instrus et après chanter dessus, c’est l’impression de tout maîtriser de A à Z. Et il n’y a rien plus puissant et après le transmettre à des gens sur scène, etc. Donc c’est vraiment la vocation que je vise. C’est vraiment le but ultime, c’est devenir un artiste complet et accompli. C’est pour ça que je suis très touche à tout et je pense que tous ceux qui sont sur cette chaîne peuvent me comprendre. Le but, c’est vraiment qu’ils font même le fait de faire une instruise, de voir quelqu’un posé dessus et donner une autre dimension à sa prod. C’est vraiment quelque chose de puissant et il y a ceux qui font vraiment des trucs comme ça, qui peuvent qu’ils peuvent ressentir qu’ils sont super intéressante. Est ce que tu trouves normal que les plugins comme Sérum massive, etc. Coûtent plus de 120 euros? Dirais pas que je trouve ça normal parce que je pense qu’on peut faire des très bons plugin maintenant à prix abordable. Ce serait bien autour de 50 euros, etc. D’ailleurs, il y en a. Après, je cours. Je trouve ça quand même normal que ce sont des produits de très bonne qualité qui ont nécessité beaucoup de travail. Donc, je pense que c’est normal que ça à un certain prix. Un certain standing en fait. Et je pense que oui, c’est normal. Ça coûte plus de 100 euros.

Je sais que c’est un petit peu dommageable parce que pour les plus jeunes qui sont m’écoutent, c’est pas évident forcément d’avoir les moyens de vous payer des plugins comme ça, mais je vous encourage vraiment à les acheter puisque ça vous assure une sécurité, de ne pas avoir de bugs, etc. Je ne pourrais jamais vous empêcher de craquer. En toute honnêteté, parce qu’on sait très bien que ça coûte cher et que c’est un investissement.

Moi même, j’ai dépensé énormément d’argent dans le matos sans forcément avoir, pour l’instant en tout cas, des retours sur investissement. Il faut investir du temps et de l’argent pour progresser. C’est comme ça. Comme dans n’importe quel travail, tu fais fétus les prod pour toi ou tu les fait pour les gens. Je fais les deux, je fais beaucoup de prod pour moi, pour d’éventuels projets, etc. Pour les autres, pour eux mêmes, les grandes, des vidéos, etc. Mais ça m’arrive de faire des prod pour des gens, pour des amis rappeurs, pour des youtubeurs et youtubeuses. Et surtout, j’ai un objectif de 2009 7 cette. Oui, j’ai fait des prod pour les autres.

Par contre, je suis assez difficile. Je suis très sélectif là. Plusieurs questions de six bouts. Quand est ce que tu nous sort des interviews, des playlists, des meilleures sont des abonnés? Qui est le meilleur modaux du disque? Evidemment, le meilleur modaux de discorde, c’est toi. C’est beau.

Modo, un modérateur d’une discorde. Je vous invite à rejoindre linscription pour rejoindre la communauté beat making detouristes. Puis, rappelez vous, j’avais fait une interview, sappelait au studio avec un duo de beatmakers puzzle. Un ingénieur du son et un beatmakers, c’était vraiment sympa.

Bonne ambiance. Les questions se faisaient très naturellement, etc. Et je compte vraiment le faire cette année en passant un cap, en passant à un level au niveau de la qualité, au niveau des studios, etc. Au niveau des beatmaker interviewés. Vous inquiétez pas, c’est vraiment prévu pour 2009 et je vais le faire. Ça arrivera, je pense, courant avril, mais j’essaie de mettre tout en place pour financer ça, etc. Pour faire vraiment des grosses vidéos, faire limite en fait des reportages sur des beatmaker qui mêle sessions studio, interviews, prod, beat making, etc. Et pour les pays, les meilleurs sont des abonnés. Il y a déjà les live pour l’instant, mais je compte faire ça sur mon site qui arrive prochainement. Pas tout de suite, mais qui arrivera prochainement? C’est quoi la musique de transition? La musique de transition, c’est ce que je fais. Qui ne sont pas sortis. Que j’utilise pour les batteries de mes vidéos, pour les transitions, pour les titres, etc. C’est quoi ton moment favori devant ton dos, devant ton soft de beatmaker? Quand j’ai déjà fait mon corps de mon morceau, avec mes ambiances, mes pads, mon beat, etc. Je vais rajouter l’élément qui change totalement, le morceau qui limite même. Des fois, ça m’arrive de rajouter un élément. OK, finalement, je me sera le lead. J’ai supprimé plein de trucs, etc.

Et là, ça prend vraiment une dimension. En fait, c’est vraiment le moment où l’élément que tu vas rajouter transforme ton son etudie auquel c’est vraiment lourd. C’est vraiment ce moment que je kiffe. 2019, c’est quoi? 2019, c’est plein d’amour, plein de projets, plein de collaborations, plein de vidéos. La santé, la famille, tout ça. Des choses un petit peu banal que je peux vous souhaiter, c’est de mettre en avant au maximum les beatmaker. Le but making le beat making sur YouTube essaie de propulser un petit peu tout le monde avec moi. Et c’est également objectif 100.000 abonnés et on va y aller. Je vais finir par une dernière petite question est ce que nous avons besoin de beaucoup de matériel? Des claviers pro, etc. Pour faire diabétiques, alors? En toute sincérité, non. Au début, tu as juste besoin de trouver un petit logiciel et tu peux très bien faire. Clavier souris. Te trouver un petit clavier à 30, 50 euros. Voilà, c’est très abordable. Tu branches études, mais tu tapes, t’apprend comme ça, tu te prends un petit casque, même. Au début, on a besoin de rien pour commencer, comme dans dans plein de domaines créatifs. Il faut juste se lancer vraiment, les gars. Ce sera peut être le mot de la fin. Lancez vous. Lancez vous. Commencez à vous poser pas. Diminuons questions à quelqu’un qui agit. Il lira dix fois plus loin de quelqu’un qui se pose des questions et qui, au final, ne fait jamais rien juste. Lancez vous, apprenez à évoluer que continuer à progresser constamment et donnez vous à fond. Et un jour, vous ferez des produits où vous placerais avec des rappeurs. Et tout le talent est toujours reconnu.

La productivité aussi. Le travail paie toujours. C’est vraiment. C’est un message que je peux donner de force comme ça pour vous encourager, les gars charbonniers, charbonniers, charbonniers, collaborer et ne lâche rien. Voilà les gars. J’espère que vous avez fait cette vidéo. Et Flaccus? J’espère que j’ai répondu à plein de questions. Ça va en était plus d’un. J’aimerais que tu me mette en commentaire ta résolution pour 2019, ton objectif dans le beat making en 2019, que tu partages cette vidéo à quelqu’un qui veut commencer le beat making, qui se pose plein de questions, etc. Je pense que ça peut aider. Tu peux partager ça à tes amis, sur tes réseaux, etc. N’oubliez pas de me suivre un petit peu partout. Ah bon, toi, si ce n’est pas déjà fait? Moi, je vous dis courage pour la suite et à bientôt pour de nouvelles vidéos. Tchao les gars!
BEATMAKING  JE GAGNE MA VIE
BEATMAKING


JE GAGNE MA VIE AVEC LE BEATMAKING
BEATMAKING